image-background
Menu

Retraite et parcours professionnel


Parce qu'il n'y a pas d'âge pour s'informer !

Antoine, 58 ans, a changé plusieurs fois d’entreprise. 

Sa question : « L’âge de la retraite approche. Je veux savoir où j’en suis et à combien j’aurai droit... »

Même quand un salarié change d’entreprise, de secteur économique, de secteur géographique, etc, ses points sont stockés sur un seul et même compte de points. Il peut le consulter et le vérifier en créant son compte personnel sur www.agirc-arrco.fr. S’il constate une anomalie, il lui suffit de demander une explication à sa caisse de retraite complémentaire. Pour se faire une idée du montant de sa future retraite en fonction de l’âge auquel il souhaite partir, il peut, depuis ce même espace personnel, effectuer une simulation grâce au simulateur M@rel. Pour compléter ces données, Antoine peut également demander à bénéficier d’un Entretien information retraite auprès d’un conseiller en contactant le 0 820 200 189 (service : 0,09 € la  min + prix d’appel).

Marion, 35 ans, attend son premier enfant. 

Sa question : « Je vais bientôt partir en congé maternité. Que se passe-t-il pendant cette période pour ma retraite ? »

Marion obtiendra des points de retraite complémentaire si son salaire est maintenu pendant sa période de congé maternité. Elle peut également obtenir des points sans contrepartie de cotisations si elle ne perçoit plus de salaire ou si elle n’en touche qu’une fraction. Seule condition : que la Sécurité sociale lui verse des indemnités journalières. Ses points maternité seront calculés à partir des droits obtenus au cours des 12 derniers mois comme si elle avait continué à travailler.

Valérie, 42 ans, envisage de prendre un congé parental. 

Sa question : « Avec l’arrivée de notre troisième enfant, j’envisage de prendre un congé parental. Cela aurat-il un impact sur ma retraite Agirc-Arrco ? »

Quand un salarié prend un congé parental, son entreprise ne lui verse plus de salaire. Aucune cotisation ne sera donc versée et aucun point ne viendra s’ajouter à ceux déjà inscrits à son compte (sauf accord d’entreprise spécifique). A noter cependant que le fait d’avoir trois enfants lui donnera droit, au moment de partir à la retraite, à une majoration de sa retraite complémentaire de l’ordre de 10 %. Cette règle est bien sûr valable pour ses propres enfants mais aussi pour les enfants qu’elle aurait élevés sans en être la mère dès lors qu’ils ont été élevés pendant au moins 9 ans avant leur 16 ans. Et cette règle s’applique aussi aux pères !

Laurent, 45 ans, est demandeur d'emploi. 

Sa question : « Je viens d’être licencié. Est-ce que je continue à obtenir des droits à retraite en étant au chômage ? »

Oui, tant que le chômage est indemnisé, des points continuent d’être attribués. Ils sont calculés sur la base du salaire journalier de référence calculé par Pôle emploi. Les points sont attribués pour chaque jour indemnisé en fonction des informations transmises par Pôle emploi.

Clotilde, 32 ans, va créer son entreprise. 

Sa question : « En tant que chef d’entreprise, quel sera mon statut et quel en sera l’impact sur ma future retraite ? » 

Quel que soit son statut en tant que chef d’entreprise (salariée ou indépendante), les droits acquis pendant sa période de salariat lui sont conservés. Le jour où elle décidera de prendre sa retraite, ils seront pris en compte pour son calcul et lui donneront droit à une retraite Arrco et Agirc. Par ailleurs, en tant que chef d’entreprise, elle peut avoir deux statuts : salariée ou indépendante. 

  • Si elle est salariée, rien ne change : des cotisations Agirc et Arrco continueront à être prélevées sur son salaire et elle continuera à accumuler des points qui viendront s’ajouter à ceux déjà obtenus. 
  • Si elle devient indépendante : son nouveau régime de retraite sera le RSI. Si elle devient profession libérale, elle relèvera de la CNAVPL. Le jour où elle décidera de prendre sa retraite, celle-ci tiendra compte à la fois de son activité d’indépendante/libérale et de salariée.

Romain, 30 ans, veut travailler à l’étranger. 

Sa question : « Mon entreprise me propose de partir travailler en Allemagne. Quelle conséquence sur ma retraite ? » 

Un contrat de travail à l’étranger peut prendre deux formes : travailleur détaché ou travailleur expatrié.

  • Dans le cas d’un contrat en détachement, rien ne change. Le salarié et son entreprise continuent à cotiser auprès des régimes de retraite des salariés français. Ces cotisations permettent de continuer à obtenir des points qui viendront s’ajouter à ceux déjà inscrits sur son compte. 
  • Dans le cas d’un contrat d’expatriation, c’est le droit local qui s’applique. Le salarié ne cotise plus auprès des organismes français, sauf s’il opte pour des cotisations volontaires auprès de la CRE-Ircafex, les caisses de retraite complémentaire des expatriés. Dans ce cas, les points acquis grâce à cette cotisation volontaire viendront s’ajouter à ceux déjà obtenus. 

Fabrice, 50 ans, est en arrêt maladie. 

Sa question : « Suite à un accident du travail, je me trouve en arrêt maladie. Est-ce que je continue à acquérir des points pendant cette période ? »

Que l’incapacité ait pour origine une maladie, un accident du travail, une maladie professionnelle ou une invalidité, dès lors que l’arrêt de travail dure plus de 60 jours consécutifs et qu’il est indemnisé par la Sécurité sociale, des points de retraite complémentaire sont attribués. Ces points, acquis sans contrepartie de cotisation, sont calculés sur la base des droits obtenus au cours de l’année précédant celle de l’arrêt de travail. A savoir : si l’incapacité de travail survient pendant une période de chômage, un salarié peut également bénéficier de points maladie à condition que cette période de chômage soit indemnisée.  

Annick, retraitée, 65 ans, vient de perdre son mari. 

Sa question : « Je viens de perdre mon mari. Ai-je droit à une pension de réversion ? »

Oui, au décès de son conjoint, le veuf ou la veuve peut bénéficier d’une pension de réversion. Elle est attribuée sans condition de ressources. Pour l’obtenir, il faut la demander et ne pas se remarier. Il existe également des conditions d’âge : les âges planchers sont de 55 ans pour les retraites Arrco et de 60 ans pour les retraites Agirc. Avec cependant une condition dérogatoire : dès lors qu’au moment du décès, la personne veuve a deux enfants. Oui, au décès de son conjoint, le veuf ou la veuve peut bénéficier d’une pension de réversion. Elle est attribuée sans condition de ressources. Pour l’obtenir, il faut la demander et ne pas se remarier. Il existe également des conditions d’âge : les âges planchers sont de 55 ans pour les retraites Arrco et de 60 ans pour les retraites Agirc. Avec cependant une condition dérogatoire : dès lors qu’au moment du décès, la personne veuve a deux enfants.