image-background
Menu

Les idées reçues sur la retraite

 

Ma retraite, c'est dans longtemps, je pense que je n'en aurai pas

Faux
Ce sont les cotisations des employeurs et des salariés qui garantissent le paiement des retraites. Les retraités actuels en bénéficient.  Demain, vous en bénéficierez à votre tour. C’est le principe de la répartition.  En attendant, par vos cotisations et celles de votre entreprise, vous vous constituez des droits futurs qui sont comptabilisés sous forme de trimestres dans le régime de base et de points dans la retraite complémentaire.

 

On dit que les régimes de retraite vont faire faillite

Faux

Des régimes de retraite obligatoires ne peuvent pas faire faillite.  Le paiement des retraites est garanti grâce au principe de la répartition : les cotisations versées par les salariés et leurs employeurs financent immédiatement les pensions des retraités. La conjoncture économique et l’allongement de la durée de vie ont conduit les régimes à rechercher des mesures qui permettent d’assurer l’avenir de notre système.  C’est le sens de l'accord du 30 octobre 2015 signé par les partenaires sociaux qui a prévu la mise en œuvre de mesures d'équilibre à court et à moyen terme.  En cas de difficulté, les régimes complémentaires ont partiellement recours à leurs réserves qui s’élèvent à 60 milliards.

Il faut épargner pour compléter sa pension de retraite

Les régimes de retraite obligatoires assurent le versement mensuel d’une pension pendant toute votre vie à la retraite. Le montant de la pension est fonction des salaires que vous avez perçus et de la durée de votre carrière. Compléter sa retraite en épargnant relève d’un choix individuel. Afin de vous aider dans votre réflexion, faites une simulation de vos droits en vous rendant sur l’espace personnel de votre caisse de retraite ou de www.agirc-arrco.fr.

Je suis au chômage, je ne cotise pas pour ma retraite

Faux
Vous bénéficiez de points de retraite Arrco (et  Agirc si vous êtes cadre) pendant vos périodes de chômage. Ces points vous sont attribués par votre caisse de retraite complémentaire, à condition que votre chômage soit indemnisé par Pôle emploi au titre de l’assurance chômage ou du régime de solidarité. 
Pour plus d’information 

 

Je suis en arrêt de travail, je ne cotise pas pour ma retraite

Faux
Vous obtenez des points de retraite Arrco (et  Agirc si vous êtes cadre) pendant vos périodes d’arrêt de travail lorsque votre salaire est maintenu. Quatre situations d’incapacité de travail vous permettent d’obtenir des points de retraite complémentaire au titre de la solidarité des régimes de retraite :

  • maternité ;
  • maladie ;
  • accident du travail ou maladie professionnelle ;
  • invalidité.

Pour plus d’information 

 

Je pars travailler l’étranger, je perds mes droits acquis en France

Faux

Lorsque vous partez à l’étranger, les droits que vous avez acquis auprès des régimes complémentaires sont conservés sur votre compte jusqu’au moment de votre retraite. Vous pouvez aussi travailler à l’étranger tout en conservant vos régimes de retraite français, dont les régimes Arrco et Agirc.  On distingue deux cas :

- Le détachement : le salarié détaché quand son entreprise est implantée en France et l’envoie temporairement en mission hors de France. Il conserve alors sa protection sociale française.

Le salarié et son employeur continuent donc à cotiser comme si le salarié travaillait en France.

- L’expatriation : le salarié est expatrié quand il est envoyé à l’étranger par son entreprise pour une mission de longue durée ou quand il est employé par une entreprise implantée hors de France. Il peut continuer à bénéficier des régimes de retraite complémentaire français sous certaines conditions.

Pour plus d’information

 

J’ai fait des longues études, je suis pénalisé pour ma retraite car je vais entrer dans la vie active plus tard

Faux
Dans les régimes complémentaires, il est possible de racheter 70 points de retraite par année d’études supérieures dans la limite de 3 ans à condition d’avoir préalablement racheté des trimestres auprès du régime de base. Il est possible de racheter jusqu'à 12 trimestres. Plusieurs conditions sont à réunir : être âgé d'au moins 20 ans et moins de 67 ans et ne pas bénéficier d'une retraite personnelle du régime général. Pour connaître les conditions, rendez-vous sur le site : lassuranceretraite.fr